≡ Navigation

Partager sur :

0 commentaire

2juillet

Laurène rejoint notre programme pour la Protection de l’Enfance

Laurène a quitté la France en mai pour renforcer notre équipe sur le volet Protection de l’Enfance à Diego Suarez. En tant qu’éducatrice spécialisée, elle souhaite s’impliquer dans un projet de solidarité internationale en accord avec ses valeurs. Laurène nous raconte son parcours et nous livre ses premières impressions sur la situation des droits des enfants à Madagascar.

 

 

Bonjour,

 

Voici un peu plus d’un mois, j’ai rejoint l’équipe de Cœur et Conscience sur l’antenne de Diego Suarez. Etant éducatrice spécialisée, j’interviens en appui au projet de famille d’accueil pour la Protection de l’Enfance en partenariat avec l’Unicef.

 

J’ai travaillé quatre ans dans la Protection de l’Enfance sur Lille, dont je suis originaire. Ma mission consistait à soutenir des parents vulnérables pour garantir la sécurité et le bon développement de leurs enfants, et éviter ainsi les placements.

 

C’est une première mission au Vietnam qui a confirmé mon souhait de m’engager auprès des associations de solidarité oeuvrant pour la protection des enfants. Là-bas, j’intervenais en tant que coordinatrice et j’avais pour mission de renforcer les compétences des mères-éducatrices sur place.

 

Une fois cette mission terminée, j’ai d’abord renforcé ma formation dans la solidarité internationale. Puis, j’ai recherché une association avec laquelle partager des valeurs, des convictions et des motivations. Je voulais aussi que ce soit une ONG à taille humaine.

 

C’est pourquoi je suis ravie aujourd’hui de mettre à profit mes compétences et de partager les projets de Cœur et Conscience. Ma responsabilité sera d’aider à développer le réseau de famille d’accueil existant, de renforcer les compétences des mères d’accueil et des intervenantes sociales, et de garantir le bon fonctionnement de la MOFA (Maison d’Orientation vers les Familles d’Accueil).

 

 

En seulement 1 mois de présence sur place, j’ai déjà observé plusieurs situations interpellantes concernant les enfants malgaches :

 

Je constate d’importantes différences culturelles, et notamment en ce qui concerne la place de l’enfant dans la famille et la société. En France, les enfants sont souvent surprotégés et toute l’attention de la famille est centrée sur eux. Ici c’est plutôt l’inverse ! Il est rare de voir un câlin, des bisous, des « gazou gazou »… peut-être par pudeur ?

 

Finalement, l’enfant est peu écouté dans ses idées ou dans ses sentiments. Il est aujourd’hui essentiel de développer le droit à la parole des enfants de Madagascar.

 

Mais est-ce seulement une question de culture ? Il me paraît important de prendre du recul sur la légitimité de la culture dès lors qu’elle porte atteinte aux droits fondamentaux de l’enfant. On ne peut tolérer qu’un enfant soit considéré comme la cause de tous les maux, qu’il puisse être donné comme un objet lorsqu’il devient encombrant, marchandé pour de l’argent contre travail ou prostitution, ou encore battu et violé….Et ceci souvent sans aucune remise en question du comportement des adultes.

 

Que de travail à faire pour que les droits de nos enfants soient respectés ! Et il faut faire preuve de patience et courage lorsqu’on est confronté à la misère sociale et institutionnelle. Je pense qu’il est impossible d’imaginer cela tant nous sommes habitués à tout avoir en France. Pouvez-vos imaginer qu’un officier de police n’ait aucun moyen de locomotion pour arrêter un malfaiteur ? Comment peut-il alors faire son travail ? C’est simple, tout coûte de l’argent et ici il n’y a pas d’argent !

 

A l’image des paysages urbains, les choses ont tendance à se délabrer, à rester figées dans le passé faute de moyens. Et pourtant… Ce pays regorge de richesses non ou mal exploitées faute de moyens et d’organisation…Heureusement la nature reste présente en dehors de la ville pour rehausser de couleurs le paysage, et là c’est magnifique !

 

Je pourrais vous conter Madagascar encore de nombreuses lignes mais j’ai du pain sur la planche concernant les actions de protection de l’enfance auxquelles je retourne me consacrer.

 

Si vous ressentez l’envie de venir en aide à un pays tel que Madagascar, je vous invite à soutenir Cœur et Conscience comme vous le pourrez, afin de faire évoluer les conditions des enfants ici. Trop de droits sont encore bafoués malgré une législation existante. Il faut lutter ensemble contre l’intolérable ! Parce qu’il est inconcevable de rester immobile face à ces préjudices que subissent tous les jours des milliers d’enfants.

 

Pour cela nous avons besoin de votre soutien !

 

Joignez-vous aux actions de Cœur et Conscience.

 

Laurène.



Ajouter un commentaire


Parrainer un enfant à Madagascar. Parrainer un enfant, ce n'est pas uniquement changer sa vie et celle de sa famille, c'est aussi devenir une force active pour la solidarité dans le monde ! 2 avenue de la Porte de Montreuil 75020 PARIS - Tel. 09 52 50 33 25 – Email : contact[@]coeuretconscience.org Cœur et Conscience, association de solidarité internationale sans appartenance religieuse ou politique, reconnue d’intérêt général, enregistrée à la Préfecture de Police de Paris N°00174557P.