≡ Navigation

Rasmine, 20 ans, étudiante en agronomie

Rasmine, 20 ans, a fêté sa réussite au bac il y a quelques mois et s’apprête à intégrer l’ESAED de Diégo-Suarez pour y suivre des études d’agronomie. Un cursus universitaire rendu possible grâce au soutien de sa marraine Véronique qui a accepté de poursuivre son parrainage pour les cinq années à venir. Quelques jours avant sa rentrée, nous avons rencontré la jeune femme…

 

Plus que quelques jours avant le début des cours. L’inquiétude commence à se lire dans le regard de Rasmine. Bientôt, elle enfilera son sac à dos rempli des cahiers et stylos fournis par Cœur et Conscience et elle entrera à l’École Supérieure en Agronomie et en Environnement de Diégo-Suarez (ESAED) dont elle a réussi le concours en fin d’année 2017.


« Petite je voulais faire médecine, mais les études sont très longues et coûtent beaucoup d’argent. J’ai choisi l’agronomie car l’agriculture et l’environnement me passionnent aussi énormément ». Pas si étonnant pour cette jeune femme de 20 ans originaire de la campagne et dont la mère est cultivatrice de riz à Fénérive-Est, sur la côte Est de Madagascar. « Plus tard j’aimerais pouvoir aider et conseiller les agriculteurs que je connais », précise-t-elle.

 

Stressée au moment du bac


Si elle appréhende la méthode universitaire, très différente de celle du lycée, le stress reste en deçà de ce qu’elle a connu au moment de passer son bac scientifique. Angoissée à l’idée de le rater une deuxième fois Rasmine s’est mis beaucoup de pression. Révisions acharnées sur ses fiches, échanges d’exercices avec des camarades d’autres lycées, elle a fourni un gros travail pour surmonter les quatre jours d’épreuves.
La peur était telle qu’elle n’a pas eu le courage de se rendre dans son lycée le jour des résultats pour affronter la liste des candidats reçus au bac. Des amis ont dû jouer les intermédiaires pour lui annoncer l’heureuse nouvelle.


Entre émotion et soulagement


« J’ai pleuré pendant très longtemps quand j’ai su que j’avais mon bac » se souvient-elle. Elle évoque toutefois sa déception de ne pas avoir eu de mention et d’avoir obtenu 11,43 de moyenne, une note inférieure à sa moyenne de l’année qui se situait entre 13 et 14. Qu’importe ! Cela n’a pas empêché la jeune bachelière de célébrer sa réussite le jour même avec quelques amis.


L’autre bonne nouvelle fut quand Rasmine a appris qu’elle était reçue à l’ESAED et que Véronique, sa marraine depuis 2007, acceptait de poursuivre son parrainage pour les 5 années d’études à venir. Ce soutien exceptionnel est un soulagement de plus pour Rasmine qui peut désormais aborder ses études avec sérénité et entrain.



Parrainer un enfant à Madagascar. Parrainer un enfant, ce n'est pas uniquement changer sa vie et celle de sa famille, c'est aussi devenir une force active pour la solidarité dans le monde ! 2 avenue de la Porte de Montreuil 75020 PARIS - Tel. 09 52 50 33 25 – Email : contact[@]coeuretconscience.org Cœur et Conscience, association de solidarité internationale sans appartenance religieuse ou politique, reconnue d’intérêt général, enregistrée à la Préfecture de Police de Paris N°00174557P.