≡ Navigation

Nous sommes fiers d’aider cette famille qui le mérite vraiment !

Antsiranana, octobre 2012

 

 

C’est en famille que les Mercier ont décidé de parrainer le petit Andriciannot, et c’est ensemble qu’ils sont partis à sa rencontre à Diego Suarez. Emus aux larmes mais très heureux, ils racontent comment cette rencontre fut l’occasion de sensibiliser leurs propres enfants à la situation dans laquelle vit une majorité de la population malgache.

 

 

 

 

 

 

"Voici 16 mois que nous sommes devenus les parrains d’Andriciannot. Un film (Fihavanana, 5 hommes d’exception ndlr) suivi d’un débat et l’avis d’une amie sur le sérieux de l’association Cœur et Conscience ont eu raison de nos dernières réticences.

L’étape suivante fût le choix de l’enfant. Pour nous ce fût une décision familiale. Chacun d’entre nous a choisi qui il voulait parrainer et ensuite nous avons recouper nos choix et Andri c’est imposer comme une évidence, il semblait si triste sur la photo de présentation....

Nous avons échangé plusieurs courriers, plusieurs colis lui sont parvenus avec à chaque fois une photo de la réception de celui-ci et des remerciements. Nous avons également reçu les résultats scolaires d’Andri, toutes nos questions et interrogations ont trouvé réponse auprès de l’association.

En juin, nous avons décidé qu’à l’occasion d’un séjour à Madagascar nous allions rencontrer Andri. Avant cette rencontre nous avons échangé plusieurs mails avec l’association afin de tout prévoir et de bien s’imprégner des règles à respecter.

20 juin 2012 c’est le grand jour, toute la famille est tendue, plein de questions nous passent par la tête. Nous avons rendez-vous au siège de l’association. Nous sommes accueillis par Isabelle, nous visitons les locaux, le cabinet du dentiste et prenons contact avec tous les personnels qui travaillent pour que tout se passe bien...

Les règles sont bien redéfinies, nous partons en compagnie d’une assistante sociale et de deux chauffeurs de l’association. Après un court trajet la voiture s’arrête, il est là dans la cour, l’émotion monte. Les présentations se font les larmes aux yeux. Les enfants sont sur la réserve, ils s’observent.

 

 

 

Narcienne, la maman d’Andri, a nettoyé toute la case c’est à dire une pièce de quelques mètres carrés, en tôle, 2 lits, 1 table et un petit poêle ; pas d’électricité bien sûr . Nous nous sentons bien, la simplicité n’est pas dérangeante, nous ne sommes pas là pour juger et aux vues de ce que nous avons observé sur Madagascar il est important d’avoir un toit. Ils ont l’air si heureux, Narcienne affiche un sourire qui en dit bien plus que de long discours. L’assistante sociale présente permet de traduire nos paroles.

Andri est fier de nous montrer ses cahiers d’école, après quelques minute les enfants offrent leurs cadeaux à leurs copains et les barrières s’abaissent, ils jouent car pas besoin de se comprendre pour courir et jouer ensemble.

Notre fille a pleuré au cours de notre visite, elle ne voulait plus repartir nous disant : "il n’a rien, sa vie est triste, je veux rester ici avec eux". Nous nous attendions à cette réaction mais le fait qu’elle veuille rester nous a rassuré, elle a bien compris que la vie d’Andri est à Madagascar et le but de cœur et conscience est bien de permettre à ces enfants d’accéder aux études et ensuite de trouver du travail sur leur île.

 


 

 

De cette rencontre nous ne gardons que de magnifiques souvenirs, nous sommes fiers d’aider cette famille qui le mérite vraiment.

Le cadeau fût le bulletin scolaire suivant notre passage qui a montré une nette amélioration des résultats d’Andri. Hasard ?"

 

La famille MERCIER



Parrainer un enfant à Madagascar. Parrainer un enfant, ce n'est pas uniquement changer sa vie et celle de sa famille, c'est aussi devenir une force active pour la solidarité dans le monde ! 2 avenue de la Porte de Montreuil 75020 PARIS - Tel. 09 52 50 33 25 – Email : contact[@]coeuretconscience.org Cœur et Conscience, association de solidarité internationale sans appartenance religieuse ou politique, reconnue d’intérêt général, enregistrée à la Préfecture de Police de Paris N°00174557P.