≡ Navigation

Mon séjour à Diego Suarez est à jamais gravé dans ma mémoire !

Récit complet

Renée, bénévole très impliquée au sein de l’antenne Cœur et Conscience Réunion, s’est rendue à Diego Suarez avec un groupe de parrains réunionnais. Dans son poignant témoignage elle nous raconte comment ce premier contact avec notre équipe sur place et les familles aidées par l’association l’ont bouleversée. Découvrez ici son récit dans son intégralité.

Mon séjour, à Cœur et Conscience à Diego Suarez, est à jamais gravé dans ma mémoire. Même plusieurs jours après mon retour à la Réunion, je suis encore bouleversée par les visages, les sourires, les échanges partagés. J’ai rencontré des femmes et des hommes très pauvres, mais tellement courageux et chaleureux. C’était une belle semaine remplie d’émotions, et de belles rencontres, dont je ressors grandie !

Une heure après mon arrivée, j’ai eu mon premier contact avec l’équipe de Cœur et Conscience. C’est autour d’un pot de bienvenue que nous avons fait connaissance, c’était simple et chaleureux.

J’ai découvert une structure bien organisée avec une équipe compétente et efficace, impliquée et solidaire. Une belle énergie flottait dans tous les services confondus : pédagogie, social, parrainage, santé, administratif.

Avec l’équipe du service pédagogique, j’ai visité 2 écoles partenaires. Il y en a 22. Grâce au parrainage 560 enfants étudient dans le primaire et 150 dans le secondaire.

Ils sont une quarantaine dans la première petite classe en tôle avec un sol en terre. Une responsable m’a expliqué la difficulté en saison chaude, mais aussi en saison des pluies. Les classes deviennent alors boueuses et dangereuses.

Ce qui m’a frappé c’est le respect des enfants envers leur enseignant et aussi leur motivation à réussir malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils étudient. Il y a un bon encadrement et un bon suivi des élèves tant par les enseignants que par l’équipe de Cœur et Conscience. Des actions pédagogiques sont menées auprès des enseignants sur des thématiques telles que le respect des enfants et leur droit à la parole.

 

J’ai rencontré les femmes du CRF (Comité Responsable des Familles). Des mamans bénévoles qui jouent un rôle important auprès des familles parrainées. Elles font le lien entre les familles et l’association. Elles animent leur quartier, organisent des réunions d’information, s’occupent de la distribution des goûters les mercredis. J’ai participé à 2 goûters, on a distribué du pain, une banane, un fromage, puis on a chanté, on a dansé, on a rigolé, une vraie récré !

 

L’équipe du service parrainage nous a expliqué sa fonction. Elle fait le lien entre les filleuls et les parrains. Elle distribue les colis alimentaires, les kits scolaires, et les courriers. J’ai visité le stock des denrées ; des sacs de riz, de sucre, des haricots, de l’huile, du lait, du savon, des biscuits et aussi des vêtements, sont à disposition, prêts à être distribués. A ce jour, 717 enfants sont parrainés. L’équipe travaille en étroite collaboration avec le service social.

 

J’ai assisté à la réunion hebdomadaire avec le CPR (Comité des Pères Responsables). Cette rencontre m’a beaucoup émue. L’objectif de ce comité est de réfléchir, de sensibiliser, d’échanger entre pères dans le cadre de l’éducation de leurs enfants, mais aussi des violences conjugales. Plusieurs pères ont témoigné du changement de leur comportement envers leurs enfants depuis leur entrée dans le CPR. Ils se sont mis à nu, leur sincérité m’a profondément touchée.

 

En partenariat avec l’UNICEF, la MOFA (maison d’orientation vers les familles d’accueil), est une maison d’accueil pour les cas d’extrêmes urgences. Les enfants y sont accueillis et pris en charge immédiatement par une équipe de professionnels (une psychologue, des éducatrices spécialisées).

Lors de ma visite à la Mofa, il y avait 9 enfants. Ils étaient tous rassemblés dans la pièce principale, cela m’a rappelé la classe maternelle de mes enfants. Tout est pensé pour que l’enfant se sente bien et en sécurité. Des couleurs, des casiers pour les crayons et les livres, des dessins sur les murs, un coin lecture et une grande table pour manger tous ensemble. Puis il y a les chambres, d’un côté des fleurs, c’est le coin des ‘filles’ avec leur propre SDB, de l’autre côté c’est Shrek le gentil ogre verdâtre, c’est le coin des garçons. Un univers qui semble normal sauf qu’il s’agit d’enfants maltraités, violentés, exploités qui y séjournent.

Et là j’ai encore constaté le travail exceptionnel que fait l’équipe de Cœur et Conscience car ces enfants qui ont subi des atrocités (viol, maltraitance...) ont ‘l’air’ tout simplement joyeux et insouciants. Ils m’ont pris par la main, m’ont emmené sur l’aire de jeux, ont chanté des chansons, il y en a même qui ont fait les clowns !!

Chaque cas est unique, et quand l’enfant va mieux, soit il réintègre sa famille, soit il est placé dans une famille d’accueil. 64 enfants sont passés à ce jour par la MOFA, 30 sont repartis vivre dans leur propre famille, les autres dans des familles d’accueil. J’ai eu l’occasion de visiter 2 familles d’accueil. Des familles aimantes et généreuses. Après leur départ de la Mofa ces enfants sont toujours suivis par l’équipe pédagogique de l’association. J’ai été bouleversée par une gamine de 12 ans, par son regard. Elle venait tout juste d’arriver à la Mofa. Je voyais bien qu’elle était triste, elle fuyait les regards. Elle avait été violée. J’étais perdue.

 

Après ces journées déjà très intenses et bouleversantes, Isabelle, la coordinatrice, nous a proposé avec les autres filles du groupe, de faire descendre un peu l’émotion en participant à un cours de Zumba. Et nous voilà en tenue de sport, avec les autres mamans, qui nous ont accueillies très chaleureusement dans leur cour, à nous déhancher sur des musiques déchaînées de Zumba. Un vrai moment de détente et de décompression. Merci Isa c’était une très bonne idée !

 

Le lendemain nous nous sommes tous apprêtés pour le défilé national. Tous les services confondus de Cœur et Conscience ainsi que le CRF, le CPR, le CER (comité des enfants responsables) ont porté fièrement chacun leur drapeau.

 

J’ai assisté aussi à une commission de parrainage qui est composée des services social et pédagogique. Après plusieurs semaines d’enquêtes sur le terrain les familles sont convoquées à l’association. Ce jour-là il y avait 2 familles, un jeune couple avec leur petite fille puis une grand-mère avec sa petite-fille qui pendant une demi-heure ont discuté et échangé sur divers sujets concernant l’enfant, sur la motivation des parents, sur le règlement du parrainage, etc. La délibération aura lieu dans une semaine.

 

Je suis marraine de 2 petites filles et de 2 petits garçons. Quelle joie quelle émotion de les rencontrer chez eux avec leur famille. Des moments tendres que je n’oublierai jamais. Les remerciements des parents qui m’ont profondément touché, ces familles qui vivent dans une extrême pauvreté. J’ai joué avec chaque filleul, fais des dessins, discuté avec les parents, nous étions tous très émus et très heureux de nous rencontrer !

 

Mon séjour s’est terminé autour d’un bon repas à l’association avec toute l’équipe de l’association et les enfants. Pas de table, nous nous étions tous assis sur des nattes partageant le même plat de riz et de légumes. Un vrai régal. Puis nous avons chanté, dansé. C’était convivial, joyeux, mais c’était aussi très prenant, parce que le temps d’une fête c’était rire et insouciance pour ces enfants, mais connaissant leur vie quotidienne, c’en était bouleversant.

Pendant ce séjour, j’ai pris conscience de l’ampleur de la pauvreté et de la détresse de ces familles qui vivent au jour le jour, sans lendemain sûr, et encore moins de projets d’avenir et je pense qu’il est de ma responsabilité d’aider ses personnes en danger.

Toutes les rencontres ont été intenses, bouleversantes, mais s’il fallait en retenir une, c’est ma rencontre avec les mamans élevant seules leurs enfants dans des conditions de vie inimaginables, inconcevables. Elles sont exemplaires. Je me suis enveloppée de leur force et de leur courage. Elles m’ont marqué à vie. Ces rencontres m’ont touché au plus profond de moi !

 

Ce séjour à Diego, est une belle expérience de la vie pour ce qui me concerne et je vais faire de mon mieux en m’impliquant davantage dans les actions au profit de l’association.Même si c’est peu, et bien c’est déjà çà ! Comme le disait l’Abbé Pierre, "On ne peut pas sous prétexte qu’il est impossible de tout faire en un jour, ne rien faire du tout."

 

Renée



Parrainer un enfant à Madagascar. Parrainer un enfant, ce n'est pas uniquement changer sa vie et celle de sa famille, c'est aussi devenir une force active pour la solidarité dans le monde ! 2 avenue de la Porte de Montreuil 75020 PARIS - Tel. 09 52 50 33 25 – Email : contact[@]coeuretconscience.org Cœur et Conscience, association de solidarité internationale sans appartenance religieuse ou politique, reconnue d’intérêt général, enregistrée à la Préfecture de Police de Paris N°00174557P.